Dans un article précédent (Où peut-on rouler avec une trottinette électrique), on vous annonçait la prise de position imminente de la ministre des transports quant aux trottinettes électriques. Et ça y est, Elisabeth Borne s’est prononcée sur le sujet. En voici les grandes lignes.

Une nouvelle catégorie de véhicule

C’est la grande nouvelle apportée par la ministre des transports : la trottinette électrique, ainsi que tous les autres EDP (Engins de Déplacement Personnel) vont faire l’objet d’une nouvelle catégorie de véhicule. Ni considérées comme des voitures, ni non plus comme des vélos, les trottinettes électriques vont donc avoir droit à leur propre section dans le Code de la Route.

Après l’annonce de la ministre des Transports concernant la place des trottinettes sur les routes, cette dernière souhaite maintenant se concentrer sur la future Loi d’Orientation des Mobilités (LOM). Cette loi aura pour but de réglementer l’usage des services en « free floating », c’est-à-dire les trottinettes électriques ou autres engins qui sont utilisés en libre service et qui ne dépendent pas de bornes.

Rouler sur les trottoirs, c’est non !

Dans un article précédent, on vous disait que les trottinettes électriques n’étaient pas les bienvenues sur les trottoirs. Et cela s’est confirmé. Si la question de la place des trottinettes électriques en ville continue de faire débat, une chose semble belle et bien sure : les trottinettes électriques n’ont rien à faire sur les trottoirs, dont l’usage doit être exclusivement réservé aux piétons !

Alors où peut-on rouler avec sa trottinette électrique ? Sur les pistes cyclables ? Sur la chaussée ?

Alors où doit on rouler avec sa trottinette électrique ?

Il semblerait que le gouvernement autorise les trottinettes motorisées à utiliser les bandes cyclables, qui étaient auparavant réservées uniquement aux vélos. Mais ce n’est pas tout ! Ces nouveaux engins pourront également rouler dans les zones limitées à 30km/h (dites « Zone 30 ») puisque leur vitesse avoisine en général les 25km/h. En revanche, elles ne devront pas figurer sur les autres routes puisque leur vitesse n’est pas suffisante et que leur présence pourrait donc s’avérer dangereuse pour ses utilisateurs et pour les autres automobilistes.

De plus, chaque municipalité devrait avoir une certaine liberté quant à l’utilisation des trottinettes dans sa ville. Si bien qu’il pourrait exister quelques (minimes) différences d’une ville à l’autre en ce qui concerne les zones autorisées aux trottinettes et les vitesses limites.

Et vous, que pensez-vous de tout ça ? Les solutions trouvées par le gouvernement vous satisfont-elles  ?